Partenariat entre le lycée Camille Claudel, Vauréal et Osaka

| 28 octobre 2016 | 0 Commentaire

Un lien se tisse entre Vauréal et Osaka (Japon) – Source de l’article

Signature de la convention de partenariat entre le lycée Camille Claudel et l’école de mode japonaise

Lycée Camille Claudel à Vauréal – le 3 octobre 2016

Signature de la convention de partenariat entre le lycée Camille Claudel et l'école de mode japonaiseUne convention de partenariat tripartite a été signée le 3 octobre dernier entre la section de MàNAA (Mise à niveau en arts appliqués) du lycée Camille Claudel, représentée par le Proviseur du lycée, Gilles Kleczekd’une part, l’école UEDA college of Fashion d’Osaka au Japon, représentée par son Directeur pédagogique,Hiroyuki Yamada d’autre part, ainsi que le musée de la toile de Jouy à Jouy en Josas représenté parEsclarmonde Monteil la Directrice. Etait également présente, Frédérique Kibler, Adjointe au Maire de Vauréal qui cède régulièrement des locaux aux étudiants en arts appliqués, afin qu’ils exposent leurs œuvres au public.
Cette convention couche sur le papier, une formidable aventure humaine et un projet artistique déjà bien amorcé.

UNE FORMIDABLE AVENTURE HUMAINE ET ARTISTIQUE...L’histoire en dit assez long sur l’état d’esprit qui anime les deux grandes écoles. Côté français, la section de MàNAA du lycée Camille Claudel dirigée par Estelle Raguideau et Sophie Perdriel (photo).

Côté japonais, Hiroyuki Yamada, Adriana et Osamu Yokoyama, pilotes de projets pédagogiques au sein de l’école de mode et de design “Ueda” à Osaka. Les deux équipes se rapprochent depuis l’an passé, comparent leurs travaux, échangent des techniques… et rapidement échangent même les professeurs!

Une rencontre inspirée de deux cultures entre l’art et l’innovation.

En juin 2016, Estelle Raguideau et Sophie Perdriel s’envolent une première fois pour le Japon et depuis, les deux écoles ne font que renforcer leurs collaborations dans les domaines de la haute couture, du design, des arts graphiques et du traitement des matières. Nos deux enseignantes françaises tissent également des liens avec le musée de la toile de Jouy en Josas (ancienne célèbre manufacture de Jouy, fondée en 1760 par l’imprimeur Oberkampf), À dessein, le 3 octobre dernier, la convention de partenariat fixe l’ambitieux projet d’une grande exposition franco-japonaise prévue en mars 2017.

COMMENT PASSER DU PAPIER AU TISSU ? DE L'ORIGAMI AU KIRAN ?
Le projet : Comment représenter le Japon en utilisant le KINRAN (tissus japonais broché en fil doré satiné) dans un contexte différent de sa destination première ? (qui est celle de mise en forme du Kimono et plus précisément du OBI (noeud plat/plié ornemental) – (photo).


Le positionnement proposé est une mise en forme du tissu de Kimono par pliages et figures d’origami. Il est ainsi proposé un développement du projet “de l’origami au pli” où il est question de mener une réflexion sur comment passer du papier au tissu, en partant du travail exploratoire sur le pli précédemment réalisé. Dans cette réflexion sur le détournement du KINRAN de son usage premier, il est proposé de réfléchir à un dispositif volumique invitant à une interaction avec le corps. La question de l’image-map 3D est alors abordée avec la manipulation échelle réduite du KINRAN autour du corps.

A SUIVRE...Chaque étape de réalisation est exposée à la “petite galerie workshop” du lycée et visible sur le blog de la MàNAA son bloglien externe.
Actuellement, la “silhouette baroque d’origami” est à l’honneur.
#A NOTER :exposition franco-japonaise finale en mars 2017

 

 

19/10/16

 

Catégorie: LYCÉE

Laisser un commentaire